You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

COVID-19: Obtenez les dernières mises à jour ou faites une autoévaluation.

Questions fréquemment posées sur le dépistage du cancer du col de l’utérus

Le cancer du col de l’utérus peut être évité en détectant les changements dans les cellules du col de l’utérus et en les traitant au besoin. Le dépistage est le seul moyen de détecter ces changements dans les cellules assez tôt.

À propos des tests Pap

Qu’est-ce qu’un test Pap?

Un test Pap est un simple test de dépistage qui peut permettre de prévenir le cancer du col de l’utérus. Un test Pap permet de déceler des changements anormaux dans les cellules du col de l’utérus. Il ne décèle pas d’autres cancers dans les organes reproducteurs, ou des infections transmissibles sexuellement, comme la chlamydia, la gonorrhée ou le VIH.

Un test Pap est réalisé dans le cabinet d’un fournisseur de soins de santé, par un médecin ou un infirmier praticien. Certaines femmes peuvent trouver l’expérience inconfortable ou embarrassante, mais cela ne prend que quelques minutes. Pour passer un test Pap, on vous demandera de vous allonger sur le dos sur une table d’examen. Un instrument appelé spéculum sera doucement inséré dans votre vagin pour pouvoir mieux observer votre col de l’utérus. Des cellules sont retirées du col de l’utérus et sont envoyées en laboratoire pour être examinées au microscope.

 

Pourquoi les tests Pap sont-ils nécessaires?

Un test Pap permet de déceler des cellules anormales dans le col de l’utérus. Les cellules du col de l’utérus peuvent devenir anormales lorsqu’une personne contracte une infection par le VPH. Les cellules anormales redeviennent souvent normales d’elles-mêmes. Mais si elles ne redeviennent pas normales, elles doivent être détectées, et au besoin, traitées. Sinon, progressivement au fil des années, elles peuvent évoluer en cancer du col de l’utérus.

Devriez-vous passer un test Pap?

  • Si vous avez eu des contacts sexuels, vous devez passer des tests Pap réguliers dès l’âge de 21 ans. Cela comprend la pénétration, les caresses intimes, ou les contacts sexuels oraux.
  • Les tests Pap doivent faire partie de vos soins de santé réguliers jusqu’à vos 70 ans. Le risque de cancer du col de l’utérus ne baisse pas avant l’âge de 70 ans.
  • Vous pouvez arrêter de passer des tests Pap à l’âge de 70 ans si vous avez reçu 3 résultats normaux ou plus au cours des 10 dernières années.
  • Si vous avez subi une hystérectomie (y compris retrait du col de l’utérus), demandez à votre docteur si vous avez toujours besoin d’un test Pap.

 

Questionnaire sur le test Pap

Ask yourself the following questions to help determine whether you need a Pap test.

Si... AI-JE BESOIN D’UN TEST PAP?
Je me sens bien et je n’ai pas de symptômes
IJe n’ai jamais eu de contacts sexuels
Je ne suis plus active sexuellement
Je n’ai eu qu’un seul partenaire sexuel
Je suis dans une relation homosexuelle
Je suis ménopausée
Je n’ai pas d’antécédents familiaux de cancer du col de l’utérus
J’ai moins de 21 ans

 

À quelle fréquence devriez-vous passer un test Pap?

Vous devriez passer un test Pap tous les 3 ans. Si vous développez des cellules anormales, votre plan de dépistage du cancer du col de l’utérus changera.

Les tests Pap sont-ils efficaces?

Oui, mais ils ne sont pas parfaits. Ils peuvent passer à côté de cellules anormales. Assurez-vous de passer un test Pap régulièrement, ce qui réduit les risques de laisser passer des changements importants. Si vous avez un saignement ou des pertes vaginales anormales, parlez-en à votre médecin, même si votre dernier test Pap était normal.

Où passer un test Pap?

Prenez rendez-vous avec votre médecin. Si vous n’avez pas de médecin, vous pouvez vous inscrire sur Accès Soins au 1-800-445-1822 ou visiter le site Web Accès Soins.

Certains bureaux de santé publique et centres de soins communautaires. Pour de l’information sur les services de santé dans votre collectivité, visitez les options de soins de santé.

Les femmes du Nord-Ouest et des régions de Hamilton, Niagara, et Haldimand Brant peuvent être admissibles au dépistage dans l’une de nos caravanes de dépistage mobile.

Comment me préparer pour un test Pap?

  • Essayez de prendre un rendez-vous un jour où vous n’êtes pas menstruée.

  • Évitez les relations sexuelles, les tampons, crèmes et médicaments par voie vaginale pendant les 48 heures précédant le test.

  • Si vous ne pouvez pas éviter les éléments susmentionnés, rendez-vous tout de même au test.

 

Résultats du test et suivi

Que se passe-t-il après un test Pap?

Votre médecin prendra contact avec vous si le résultat à votre test est anormal. Le programme de dépistage du cancer du col de l’utérus de l’Ontario vous enverra une lettre vous indiquant si le résultat de votre test est normal, anormal ou insatisfaisant, et vous indiquera les prochaines étapes à suivre. Si vous ne souhaitez pas recevoir de lettres du programme de dépistage du cancer du col de l’utérus de l’Ontario, veuillez appeler le 1-866-662-9233.

La plupart du temps, le résultat au test Pap est normal. Si votre résultat est anormal, cela ne veut pas dire que vous avez le cancer du col de l’utérus. Mais vous devez parler des prochaines étapes à suivre avec votre médecin, par exemple, passer un nouveau test Pap dans quelques mois. Au besoin, vous pouvez également devoir consulter un spécialiste pour des tests supplémentaires.

Qu’est-ce qu’un résultat anormal au test Pap?

Un résultat anormal au test Pap signifie que les cellules prélevées de votre col de l’utérus paraissent différentes au microscope de cellules normales. Les changements cellulaires détectés par l’intermédiaire du test Pap sont très rarement le signe d’un cancer, mais ils nécessitent des tests de suivi.

Le cancer du col de l’utérus peut prendre longtemps à se développer, et il n’y a généralement pas de symptômes précoces ou signes précurseurs. Heureusement, un test Pap régulier peut détecter les cellules anormales du col de l’utérus avant qu’elles n’évoluent en cancer.

Qu’est-ce qui cause un résultat anormal?

Généralement, les changements dans les cellules du col de l’utérus sont provoqués par le virus du papillome humain (VPH):

  • Le VPH est une famille de virus fréquents chez les hommes et les femmes.
  • La plupart des personnes entrent en contact avec le VPH par l’intermédiaire de contact sexuel au cours de leur vie. Généralement, il n’y a pas de symptômes, et les gens ne savent généralement pas qu’ils ont été atteints par une infection au VPH.
  • L’infection disparaît généralement naturellement au bout d’un ou deux ans environ.
  • Parfois, pour des raisons pas bien définies, une infection au VPH ne disparaît pas. Elle reste dans l’organisme pendant une longue durée. Au bout de plusieurs années, l’infection peut doucement provoquer un cancer si les cellules anormales ne sont pas détectées, et au besoin, traitées.

Pourquoi le suivi est-il si important?

Le suivi en cas de résultat anormal au test Pap est important car il contribue à prévenir le cancer du col de l’utérus. Les cellules anormales reviennent souvent à la normale naturellement. Cependant, chez certaines femmes, les cellules anormales ne redeviennent pas normales et un cancer peut se développer. Il est important de passer des tests de suivi de ces cellules anormales, et de les traiter si nécessaire, pour empêcher le cancer du col de l’utérus de se développer.

Que se passe-t-il après un test Pap anormal?

Parlez à votre médecin de votre résultat et des tests de suivi nécessaires. Votre plan de suivi dépend du type de changement dans vos cellules. 

  • On peut vous demander de passer des tests Pap plus fréquemment, par exemple tous les six mois. Cela laisse le temps d’observer si les cellules anormales redeviennent normales d’elles-mêmes.
  • Votre médecin peut suggérer un test du virus du papillome humain (VPH). 
  • Vous pouvez être aiguillé vers un examen spécial appelé colposcopie.

Qu’est-ce qu’une colposcopie?

Une colposcopie est un examen similaire à un test Pap. Elle est réalisée par un fournisseur de soin de santé spécialisé dans ce domaine.

L’examen permet au spécialiste d’observer votre col de l’utérus de plus près avec une loupe (colposcope) pour mieux en voir les détails. On vous demandera de vous allonger sur le dos, et comme pour un test Pap, un instrument appelé spéculum sera doucement inséré dans votre vagin pour permettre d’observer le col de l’utérus plus clairement. Un liquide sera appliqué au col de l’utérus pour mettre en lumière les zones anormales.

Si un problème est détecté, le spécialiste prélèvera un petit échantillon de tissu de votre col de l’utérus (biopsie) pour l’observer au microscope en laboratoire. La biopsie peut permettre de déterminer si un traitement est nécessaire.

Que se passe-t-il après ma colposcopie?

Pour s’assurer que les cellules retournent à la normale, il se peut que vous deviez passer un test Pap de suivi ou une autre colposcopie. Vous aurez sûrement besoin de suivre un traitement. Il existe de nombreux traitements simples et efficaces pour éliminer la cause de cellules anormales.

Quelles autres mesures puis-je prendre pour réduire mon risque de cancer du col de l’utérus?

Un test de suivi est la chose la plus importante à faire. Cependant, votre organisme sera plus à même de lutter contre l’infection au virus du papillome humain (VPH) si vous êtes forte et en santé. La première chose à faire pour rester en santé est de ne pas fumer et d’éviter l’exposition au tabagisme passif.

Éléments importants à retenir

  • Il est important de passer des tests Pap régulièrement pour rester en santé. Un résultat anormal au test peut être stressant. Cependant, n’oubliez pas que l’objectif des tests Pap réguliers est de détecter des changements précoces dans le col de l’utérus, lorsque le traitement est plus simple et a plus de chances de réussir.
  • Un suivi des résultats anormaux du test Pap peut souvent empêcher le cancer du col de l’utérus de se développer.
  • Consulter votre médecin régulièrement vous permet de faire des bilans de santé fréquents. Si vous avez des questions concernant vos soins cliniques, veuillez en parler à votre médecin.