You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

Virus du papillome humain (VPH)

Le virus du papillome humain (VPH) est une famille de virus très courante qui est généralement transmise par contact direct, sexuel, comme les relations sexuelles, ou activités sexuelles orales ou digitales quel que soit le sexe du partenaire.

Il existe plus de 100 « types » de VPH. Certains types de VPH peuvent causer des verrues génitales, mais ne causent pas de cancer. Ils sont généralement désignés comme VPH « à faible risque ». D’autres types de VPH dits « à haut risque » peuvent causer le cancer du col de l’utérus et d’autres cancers rares (p. ex., pénis, vulve, anus ou bouche).

Une infection persistante d’une souche à haut risque du VPH est le facteur de risque le plus important de cancer du col de l’utérus.

Environ trois personnes sur quatre – hommes et femmes – qui ont eu des relations sexuelles ont été exposés au VPH à un moment de leur vie. Souvent, il n’y a aucun symptôme, et l’infection disparaît d’elle-même au bout de 2 ans.

Cependant, dans certains cas, une infection au VPH peut persister. Si l’organisme n’est pas en mesure d’éliminer l’infection, au bout d’un certain nombre d’années (10 ans ou plus), elle peut engendrer des changements anormaux dans les cellules du col de l’utérus. Si ces cellules anormales ne sont pas détectées et traitées, elles peuvent devenir cancéreuses.

La plupart des infections au VPH s’éliminent sans causer de dégâts. La plupart des femmes atteintes du VPH élimineront l’infection sans développer du cancer du col de l’utérus.

Faits liés au VPH

  • Le VPH est très courant. Environ 3 personnes sur 4 – hommes et femmes – qui ont eu des relations sexuelles ont été exposés au VPH à un moment de leur vie.
  • Généralement, il n’y a pas de symptôme, et les gens ne savent pas qu’ils ont une infection au VPH. Il est donc difficile de savoir quand et comment vous avez été exposé au virus.
  • L’infection disparaît généralement d’elle-même en l’espace d’un ou deux ans. Cependant, dans certains cas, une infection au VPH peut persister.
  • Parfois, une infection au VPH, qu’il s’agisse d’un type de VPH à l’origine du cancer ou non, peut rendre les cellules du col de l’utérus anormales.
  • Les infections au VPH et ces changements de cellules précoces ne causent généralement aucun symptôme et ne pourraient pas être détectés sans test Pap.
  • Après plusieurs années (10 ans ou plus), une infection au VPH cancérigène peut doucement entraîner des changements de cellules qui causent un cancer du col de l’utérus, sauf si elles sont détectées et traitées. 
  • Le test du VPH n’est actuellement pas financé par l’État.
  • Jusqu’à ce le test du VPH soit publiquement financé, nous recommandons de continuer à utiliser le test Pap pour le dépistage du cancer du col de l’utérus.