You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

Un niveau de revenu faible du ménage peut être un obstacle au renoncement au tabac à long terme

jan 2021

 

  • Les adultes dont le revenu du ménage est faible sont moins susceptibles de déclarer un renoncement au tabac à long terme et plus susceptibles de déclarer des taux élevés de tabagisme actuel.
  • Les fumeurs bénéficiant d’un accès gratuit à des aides au renoncement au tabac sont nettement plus susceptibles de tenter d’arrêter de fumer, d’avoir recours à ces aides offertes et de parvenir à un renoncement à long terme.
  • L’augmentation des subventions accordées aux programmes provinciaux de renoncement au tabac peut contribuer à garantir un accès libre et équitable à des services de conseils en renoncement au tabac et à la pharmacothérapie.

 

Faible revenu et tendance liée au tabagisme

Au cours de la période 2015–2017, le pourcentage d’adultes ayant complètement arrêté de fumer depuis au moins un an (renoncement à long terme) a été nettement plus faible chez les adultes à faible revenu. 61 % des adultes qui gagnent un revenu élevé (quintile) ont déclaré un renoncement au tabac à long terme, contre seulement 37 % des adultes à faible revenu (se reporter aux chiffres).

Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2015–2017 (Statistique Canada)

Remarque : Les estimations sont adaptées selon la distribution par âge de la population canadienne de 2011.
*Un quintile de revenu constitue une mesure de la situation socio-économique dans les quartiers qui divise la population en 5 groupes de revenu (du revenu le plus faible au revenu le plus élevé) de sorte qu’environ 20 % de la population se situe dans chaque groupe.

Pourcentage d’adultes (de 20 ans et plus) ayant déclaré avoir complètement arrêté de fumer depuis au moins un an, par quintile de revenu
Niveau de revenu (quintile*) Pourcentage (%) ayant arrêté de fumer Limite de confiance inférieure à 95 % Limite de confiance supérieure à 95 %
Q1 (inférieur) 37,0 34,6 39,5
Q2 49,2 45,9 52,4
Q3 52,2 49,6 54,7
Q4 56,9 54,1 59,6
Q5 (supérieur) 60,8 58,4 63,2

Source : Enquête sur la santé dans les collectivités canadiennes, 2015–2017 (Statistique Canada)

Remarque : Les estimations sont adaptées selon la distribution par âge de la population canadienne de 2011.
*Un quintile de revenu constitue une mesure de la situation socio-économique dans les quartiers qui divise la population en 5 groupes de revenu (du revenu le plus faible au revenu le plus élevé) de sorte qu’environ 20 % de la population se situe dans chaque groupe.

En plus d’avoir moins de chances de parvenir à un renoncement au tabac à long terme, les adults à faible revenu sont également plus susceptibles de déclarer des taux plus éléves de tabagisme actuel. Environ 18 % des adultes ontariens (de 20 ans et plus) ont déclaré fumer actuellement des cigarettes quotidiennement ou à titre occasionnel; 26 % des adultes ayant le revenu le plus faible se déclarent actuellement fumeurs contre seulement 13 % des adultes au revenu le plus élevé.

Stratégies de renoncement au tabac

La participation à des programmes provinciaux de renoncement au tabac peut être limitée en raison des inégalités en matière d’accès à ce type d’aides. Il peut paraître plus difficile aux personnes à faible revenu d’arrêter de fumer, car elles ont des accès limités aux services de renoncement, mais elles pourraient avoir plus de chances d’y parvenir si ce type de programmes était gratuit. Selon des données probantes, les personnes qui bénéficient d’un accès gratuit à ce type d’aides sont nettement plus susceptibles de tenter d’arrêter, d’avoir recours à ces aides qui sont offertes et de parvenir à un renoncement à long terme que celles qui n’y ont pas accès.

Par conséquent, les efforts déployés à l’échelle provinciale pour augmenter les subventions accordées aux programmes d’aides au renoncement au tabac, tels que les services de conseils ou la pharmacothérapie, pourraient accroître le nombre de personnes qui tentent d’arrêter de fumer pour la première fois ainsi que le nombre de tentatives, ce qui pourrait améliorer le taux global de renoncement au tabac.

Outre les aides gratuites au renoncement, les campagnes médiatiques de masse qui sensibilisent sur les bienfaits du renoncement au tabac et les aides offertes peuvent contribuer à réduire les inégalités en matière d’accès. L’investissement dans des programmes et services de renoncement à l’échelle provinciale pourrait contribuer à ce que les personnes ne soient pas limitées par des critères d’admissibilité (p. ex., l’âge, le lieu de résidence) qui pourraient les empêcher d’en bénéficier le cas échéant.

Santé Ontario (Action Cancer Ontario) soutient le renoncement au tabac

Les programmes régionaux de cancérologie de Santé Ontario (Action Cancer Ontario) offrent un soutien aux personnes qui viennent de recevoir un diagnostic de cancer afin qu’elles renoncent au tabac. Ce soutien peut prendre la forme de subventions visant à mettre en œuvre un programme de renoncement au tabac dans certains milieux de soins en cancérologie. Santé Ontario (Action Cancer Ontario) offre également des supports promotionnels afin d’aider à informer les personnes atteintes d’un cancer ainsi que les fournisseurs de soins de santé au sujet des bienfaits liés au renoncement au tabac et des aides offertes au sein de la collectivité.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les aides offertes et les bienfaits liés au renoncement au tabac pour les personnes atteintes d’un cancer ainsi que les fournisseurs de soins de santé, consultez la page Cesser de fumer – Les bienfaits pour les personnes atteintes de cancer. Vous pouvez également en savoir plus sur les politiques et les programmes ontariens visant à réduire la prévalence des facteurs de risque et des expositions en lien avec le cancer, notamment chez les personnes confrontées aux inégalités en matière de santé dans le rapport Indice de qualité du système de prévention: équité en matière de santé.

Références

  1. Santé Ontario (Action Cancer Ontario). Indice de qualité du système de prévention 2020. Toronto, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario; 2020. Consultation à la page https://www.cancercareontario.ca/fr/statistical-reports/prevention-system-quality-index.
  2. Université du Manitoba. Income Quintiles – Child Health Income Quintiles. Manitoba Centre of Health Policy; 2020. http://mchp-appserv.cpe.umanitoba.ca/viewConcept.php?conceptID=1161 [consulté le 6 octobre 2020].
  3. Action Cancer Ontario. Indice de qualité du système de prévention : équité en matière de santé. Toronto, Imprimeur de la Reine pour l’Ontario; 2018. Consultation à la page https://www.cancercareontario.ca/fr/statistical-reports/prevention-system-quality-index-2018.