You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

On observe une corrélation entre la présence de détaillants en boissons alcoolisées à emporter à Toronto et la consommation d’alcool à l’échelle du quartier

sep 2020

 

  • À Toronto, on a observé une consommation d’alcool plus élevée dans les quartiers situés dans un rayon de 500 m autour du détaillant en boissons alcoolisées à emporter le plus proche (magasin dans lequel on peut acheter de l’alcool pour le consommer ailleurs), par rapport à ceux situés à au moins 1 kilomètre de ce type de commerces.
  • On a constaté une corrélation entre l’accès à des détaillants en boissons alcoolisées à emporter et la consommation abusive d’alcool à Toronto, quel que soit le statut socio-économique du quartier en question.
  • La corrélation entre l’accès à des débits de boissons alcoolisées (établissements dans lesquels les clients peuvent acheter de l’alcool et le consommer sur place) et le niveau de consommation abusive d’alcool d’un quartier était faible.
  • La Direction de la santé publique de Toronto soutient les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada. Le conseil de santé de Toronto a quant à lui appelé à établir une stratégie provinciale sur la consommation d’alcool de manière à limiter ses conséquences néfastes en Ontario.

Une analyse récente, effectuée à l’aide de l’Atlas des facteurs de risque du cancer en Ontario, a démontré l’existence d’une corrélation entre la proximité du domicile avec un détaillant en boissons alcoolisées à emporter à Toronto (c.-à-d. des magasins dans lesquels on peut acheter de l’alcool pour le consommer ailleurs, la Régie des alcools de l’Ontario [LCBO] par exemple) et une consommation d’alcool accrue, chez les hommes comme chez les femmes.

Quand la distance du détaillant en boissons alcoolisées à emporter le plus proche passe de plus de 1 kilomètre à moins de 500 mètres, le nombre de personnes dont la consommation d’alcool est supérieure aux limites recommandées augmente de 30 % chez les hommes et de 40 % chez les femmes, après prise en compte du statut socio-économique. Le pourcentage d’augmentation supérieur observé chez les femmes qui dépassent ces limites peut être dû au fait que les limites recommandées pour la consommation d’alcool des femmes sont plus basses que celles des hommes, à 1 verre par jour. La limite de consommation d’alcool recommandée pour la prévention du cancer est de 2 verres par jour pour les hommes.

Ces modèles de consommation sont indépendants du statut socio-économique. Ce dernier est lié à la consommation d’alcool. (voir la figure) et a été mesuré aux fins d’analyse en utilisant l’indice de la marginalisation en Ontario.

Distance du détaillant en boissons alcoolisées à emporter le plus proche et risque relatif de dépasser les limites de consommation recommandées pour la prévention du cancer dans les différents quartiers de Toronto, indépendamment du statut socio-économique

The nearest alcohol retailer and relative risk of exceeding the recommended limits

Source : Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) (2014–2016). Magasins de la LCBO et magasins franchisés de la LCBO. Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (2014–2016). Magasins Beer Store, marchés fermiers, épiceries, vineries, brasseries, distilleries et débits de boissons.

Remarques : Pour le groupe témoin (grp tém), on a étudié les quartiers situés le plus loin du détaillant le plus proche (distance supérieure à 1 kilomètre) : ils sont représentés par le point noir. Un risque relatif de 1,3 correspond à une augmentation de 30 % du risque de dépasser les limites recommandées par rapport aux quartiers situés à plus de 1 kilomètre du détaillant en boissons alcoolisées le plus proche. Les barres verticales situées en dessous et au dessus des points colorés représentent la précision statistique (intervalle de confiance : 95 %). Les estimations statistiquement pertinentes ne comprennent pas 1.

Distance du détaillant en boissons alcoolisées à emporter le plus proche et risque relatif de dépasser les limites de consommation recommandées pour la prévention du cancer dans les différents quartiers de Toronto, indépendamment du statut socio-économique
Distance Hommes,
sur place,
estimation
Hommes,
sur place,
(limite de confiance inférieure 95 %)
Hommes,
sur place,
(limite de confiance supérieure 95 %)
Hommes,
à emporter,
estimation
Hommes,
à emporter,
(limite de confiance inférieure 95 %)
Hommes,
à emporter,
(limite de confiance supérieure 95 %)
Femmes,
sur place,
estimation
Femmes,
sur place,
(limite de confiance inférieure 95 %)
Femmes,
sur place,
(limite de confiance supérieure 95 %)
Femmes,
à emporter,
estimation
Femmes,
à emporter,
(limite de confiance inférieure 95 %)
Femmes,
à emporter,
(limite de confiance supérieure 95 %)
>1000 m (grp tém) 1 S.O. S.O. 1 S.O. S.O. 1 S.O. S.O. 1 S.O. S.O.
500–1000 m 0,93 0,88 0,97 1,16 1,13 1,18 0,94 0,88 1 1,24 1,21 1,28
0–499 m 0,99 0,94 1,04 1,27 1,24 1,3 1,03 0,97 1,1 1,4 1,36 1,45

Source : Régie des alcools de l’Ontario (LCBO) (2014–2016). Magasins de la LCBO et magasins franchisés de la LCBO. Commission des alcools et des jeux de l’Ontario (2014–2016). Magasins Beer Store, marchés fermiers, épiceries, vineries, brasseries, distilleries et débits de boissons.

Remarques : Pour le groupe témoin (grp tém), on a étudié les quartiers situés le plus loin du détaillant le plus proche (distance supérieure à 1 kilomètre) : ils sont représentés par le point noir. Un risque relatif de 1,3 correspond à une augmentation de 30 % du risque de dépasser les limites recommandées par rapport aux quartiers situés à plus de 1 kilomètre du détaillant en boissons alcoolisées le plus proche. Les barres verticales situées en dessous et au dessus des points colorés représentent la précision statistique (intervalle de confiance : 95 %). Les estimations statistiquement pertinentes ne comprennent pas 1.

On n’a pas observé de corrélation importante entre la distance du débit de boisson le plus proche (c.-à-d. un établissement dans lequel les clients achètent de l’alcool et le consomment sur place, comme un bar) d’un quartier et la proportion de sa population dont la consommation d’alcool excède les recommandations, après la prise en compte du statut socio-économique. Cela peut être dû au fait que les distances du débit de boisson le plus proche sont très similaires entre les différents quartiers de Toronto. Seulement 3,8 % des quartiers de Toronto sont situés à plus de 1 kilomètre du débit de boisson le plus proche, contre 70,1 % qui se trouvent dans un rayon de 500 mètres d’un tel établissement. Au contraire, la part des quartiers de Toronto situés à plus de 1 kilomètre d’un détaillant en boissons alcoolisées à emporter (33,5 %) était approximativement égale à celle des quartiers situés à moins de 500 mètres d’un magasin de ce type (32,4 %).

Les renseignements relatifs aux emplacements des points de vente au détail d’alcool ont été fournis par la Commission des alcools et des jeux de Toronto. Aux fins de l’analyse, on a établi une carte comportant 4 272 débits de boisson et 268 détaillants en boissons alcoolisées à emporter. Les taux de consommation d’alcool par quartier dans la population âgée de plus de 12 ans ont été tirés de l’Atlas des facteurs de risque du cancer en Ontario.

La consommation d’alcool augmente les risques de développer plusieurs types de cancer, notamment les cancers du sein, de l’estomac, du foie, de l’œsophage, du larynx, de la cavité buccale, du pharynx, et le cancer colorectal.On estime qu’en Ontario, jusqu’à 3 000 des nouveaux cas de cancer diagnostiqués en 2010 étaient attribuables à la consommation d’alcool.Les politiques visant à limiter le nombre de détaillants à emporter peuvent constituer une stratégie importante pour la réduction des effets néfastes de la consommation d’alcool, notamment en ce qui concerne le cancer.

La Direction de la santé publique de Toronto fait la promotion d’une consommation d’alcool responsable et soutient les Directives de consommation d’alcool à faible risque du Canada, qui fournissent aux adultes âgés de 25 à 65 ans qui font le choix de consommer de l’alcool des renseignements concernant les risques pour leur santé liés à cette consommation, pour leur permettre de prendre cette décision en toute connaissance de cause. Le conseil de santé de Toronto a appelé à la création d’une stratégie provinciale sur la consommation d’alcool pour limiter les effets néfastes de la consommation d’alcool en Ontario.

Vous trouverez de plus amples renseignements sur l’Atlas des facteurs de risque du cancer.

Références

  1. Shams White MM, Brockton NT, Mitrou P, et al. Operationalizing the 2018 World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research (WCRF/AICR) Cancer Prevention Recommendations: A Standardized Scoring System. (« Permettre l’application des recommandations de 2018 pour la prévention du cancer du Fonds mondial de recherche contre le cancer/de l’American Institute for Cancer Research (FMRC/AICR) : système de notation normalisé. ») Publication : Nutrients. 2019;11(7):1572.
  2. Leung A, Law J, Cooke M, Leatherdale S. Exploring and visualizing the small-area-level socioeconomic factors, alcohol availability and built environment influences of alcohol expenditure for the City of Toronto: a spatial analysis approach (« Exploration et visualisation des facteurs socio éoconomiques à petite échelle, accès à l’alcool et influences de l’environnement bâti sur les dépenses d’alcool pour la ville de Toronto : une approche d’analyse spatiale »). Publication : Health Promot Chronic Dis Prev Can. 2019;39(1):15–24.
  3. Myran DT, Chen JT, Bearnot B, et al. Alcohol Availability Across Neighborhoods in Ontario Following Alcohol Sales Deregulation, 2013–2017. (« Accès à l’alcool dans les différents quartiers de l’Ontario à la suite de la déréglementation de la vente d’alcool, 2013 2017. ») Publication : Am J Public Health. 2019;109(6):899–905.
  4. Stockwell T, Zhao J, Martin G, et al. Minimum alcohol prices and outlet densities in British Columbia, Canada: estimated impacts on alcohol-attributable hospital admissions. (« Prix minimaux de l’alcool et densité des détaillants en Colombie Britannique, Canada : estimation des conséquences sur les hospitalisations liées à l’alcool. ») Publication : Am J Public Health. 2013;103(11):2014–20.
  5. Matheson FI, Dunn JR, Smith KL, et al. Development of the Canadian Marginalization Index: a new tool for the study of inequality. (« Élaboration de l’indice de marginalisation canadien : nouvel outil d’étude des inégalités. ») Publication : Can J Public Health. 2012;103(8 Suppl 2):S12–6.
  6. Fonds mondial de recherche contre le cancer/American Institute for Cancer Research. Continuous Update Project, Expert Report 2018. Alcoholic drinks and the risk of cancer. (« Projet de mise à jour continue, rapport d’experts 2018. Boissons alcoolisées et risque de cancer. ») Accessible à dietandcancerreport.org. Consulté en octobre 2019.
  7. Action Cancer Ontario. Facteurs de risque du cancer en Ontario : Alcool. Toronto : Imprimeur de la Reine pour l’Ontario; 2014.
  8. Réunion du conseil de santé. (8 avril 2019). Élément HL4.4 : Health Impacts of Alcohol Consumption Update. (« Effets de la consommation d’alcool sur la santé : mise à jour. ») http://app.toronto.ca/tmmis/viewAgendaItemHistory.do?item=2019.HL4.4 [Consulté le 27 novembre 2019].