You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

L’apport en fer provenant d’aliments d’origine animale peut accroître le risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées : conclusions d’une étude ontarienne

oct 2020

 

  • Selon une étude ontarienne, l’apport en fer héminique (présent dans la viande) peut être associé à une légère augmentation du risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées, particulièrement pour certains sous-types de tumeurs.
  • Bien que le fer soit un nutriment essentiel, il contribue également à endommager l’ADN, ce qui est susceptible d’accroître le risque de développer un cancer du sein.
  • Il est essentiel d’approfondir les recherches pour comprendre les effets de l’apport alimentaire en fer sur le risque de développer un cancer du sein.

 

Selon une étude ontarienne menée auprès d’une vaste population, le fer héminique peut accroître le risque de développer un cancer du sein chez les femmes ménopausées, et ce risque peut varier en fonction du sous-type de tumeur du sein. Le fer héminique est la forme ferrique la plus facilement assimilée que l’on ne trouve que dans des aliments d’origine animale (viande rouge) et aurait des effets cancérigènes plus importants que le fer non héminique présents dans des sources végétales (légumes à feuilles vert foncé et céréales enrichies).

Tableau 1 Associations entre apport en fer héminique et risque de cancer du sein chez les femmes ménopausées en Ontario (2 084 cas et 2 179 témoins), tous cancers du sein confondus et en fonction du sous-type de récepteurs d’hormones des tumeurs
SOUS-TYPES DE CANCER DU SIEN APPORT EN FER HÉMINIQUE (MILLIGRAMMES PAR JOUR PAR QUINTILE) COTES DE RAPPORT LIMITE DE CONFIANCE INFÉRIEURE À 95 % LIMITE DE CONFIANCE SUPÉRIEURE À 95 %
Tous cancers du sein confondus Quintile 1 (<0,45) (Référence) 1,0
Tous cancers du sein confondus Quintile 2 (0,45–0,64) 1,1 0,9 1,3
Tous cancers du sein confondus Quintile 3 (0,65–0,85) 1,0 0,8 1,2
Tous cancers du sein confondus Quintile 4 (0,86–1,17) 1,1 0,9 1,3
Tous cancers du sein confondus Quintile 5 (≥1,18) 1,2 1,0 1,5
Cancer du sein ER+/PR+ Quintile 1 (<0,45) (Référence) 1,0
Cancer du sein ER+/PR+ Quintile 2 (0,45–0,64) 1,0 0,8 1,2
Cancer du sein ER+/PR+ Quintile 3 (0,65–0,85) 0,8 0,6 1,0
Cancer du sein ER+/PR+ Quintile 4 (0,86–1,17) 1,1 0,9 1,4
Cancer du sein ER+/PR+ Quintile 5 (≥1,18) 1,1 0,9 1,5
Cancer du sein ER–/PR– Quintile 1 (<0,45) (Référence) 1,0
Cancer du sein ER–/PR– Quintile 2 (0,45–0,64) 1,3 0,9 1,9
Cancer du sein ER–/PR– Quintile 3 (0,65–0,85) 1,3 0,9 1,9
Cancer du sein ER–/PR– Quintile 4 (0,86–1,17) 1,1 0,7 1,7
Cancer du sein ER–/PR– Quintile 5 (≥1,18) 1,7 1,2 2,5

Remarque : Les estimations ont été ajustées en fonction de l’âge, l’ethnicité, l’éducation, l’âge au moment de l’apparition des premières règles, la parité, l’âge lors de la première naissance vivante, la durée de l’allaitement, la prise de contraceptifs oraux, l’âge lors de l’apparition de la ménopause, l’hormonothérapie substitutive, les antécédents familiaux de cancer du sein, les antécédents personnels de maladies bénignes du sein, l’activité physique, l’indice de masse corporelle, la consommation d’alcool, la consommation de graisses alimentaires et l’apport énergétique total. Le rapport de cotes supérieur à 1 000 indique un risque supérieur de développer un cancer du sein par rapport à la catégorie de référence.

Le Tableau 1 indique que par rapport aux femmes du cinquième quantile inférieur de l’apport en fer héminique, les femmes du cinquième quintile supérieur présentaient un risque de cancer du sein légèrement accru (d’une importance statistique limite). Cette association a été plus marquée et statistiquement importante pour les cancers du sein à récepteurs d’estrogènes/progestérones négatifs (ER–/PR–). Les autres types d’apport en fer (fer non héminique d’origine alimentaire, fer issus des compléments alimentaires) n’ont pas été associés à un risque accru de cancer du sein chez les femmes ménopausées (les données ne sont pas présentées ici, mais sont accessibles dans l’article publié, Iron intake, oxidative stress-related genes and breast cancer risk [disponible en Anglais seulement]).

Bien que le fer soit un nutriment essentiel nécessaire à de nombreux processus biologiques, notamment le transport d’oxygène, il est également impliqué dans les réactions qui produisent des radicaux libres endommageant l’ADN. Ces dommages à l’ADN pourraient participer au développement du cancer du sein, notamment chez les femmes ménopausées qui n’éliminent plus le fer lors des règles.[, Étant donné la grande consommation d’aliments riches en fer héminique, comme la viande rouge, ces conclusions peuvent avoir des répercussions sur la prévention du cancer du sein; toutefois, il convient tout d’abord d’approfondir les recherches.

Les causes et la prévention du cancer du sein ne sont pas complètement comprises; les facteurs de risque connus représentent environ 70 % des cas., Les facteurs de risque établis du cancer du sein comprennent des facteurs non modifiables (antécédents familiaux de cancer du sein, apparition précoce des règles, absence de grossesse ou d’enfant, ménopause tardive) et des facteurs modifiables (inactivité physique, consommation d’alcool).,

L’étude décrite dans cette fiche de Données sur le cancer qui ne se contentait pas d’analyser les effets de l’apport en fer sur le cancer du sein, a été réalisée afin de mieux comprendre les causes du cancer du sein, et notamment, les facteurs de risque modifiables. Elle a été financée par des subventions de recherche de l’Alliance canadienne pour la recherche sur le cancer du sein (ACRCS) et de la Société canadienne du cancer ainsi que la bourse de recherche au doctorat des Instituts de recherche en santé du Canada.

L’étude menée auprès de plus de 6 000 femmes en Ontario a fait appel à des femmes atteintes d’un cancer du sein ainsi qu’à un groupe témoin qui n’a jamais eu de cancer du sein. Ces femmes ont répondu à des questionnaires sur les facteurs du risque du cancer, leurs habitudes alimentaires et les complémentaires alimentaires qu’elles prennent. Le statut de la tumeur réceptrice d’hormones est issu des rapports de pathologie pour les femmes atteintes du cancer du sein. Les conclusions de l’études ont été publiées par Chang et coll. dans la revue International Journal of Cancer.

Vous trouverez de plus amples renseignements sur les facteurs de risque et la prévention sur Mon QICancer, un outil en ligne mis au point afin que les Ontariens évaluent leur risque associé à six cancers, y compris le cancer du sein.

References

  1. Hurrell R, Egli I. Iron bioavailability and dietary reference values. Am J Clin Nutr. 2010;91(5):1461S–67S.
  2. Tappel A. Heme of consumed red meat can act as catalyst of oxidative damage and could initiate colon, breast and prostate cancers, heart disease and other diseases. Med Hypotheses. 2007;68(3):562–4.
  3. Chang VC, Cotterchio M, Bondy SJ, et al. Iron intake, oxidative stress-related genes and breast cancer risk. Int J Cancer. 2020;147(5):1354–73. Available at https://onlinelibrary.wiley.com/doi/full/10.1002/ijc.32906.
  4. Galaris D, Barbouti A, Pantopoulos K. Iron homeostasis and oxidative stress: an intimate relationship. Biochim Biophys Acta Mol Cell Res. 2019;1866(12):118535.
  5. Huang X. Does iron have a role in breast cancer? Lancet Oncol. 2008;9(8):803–7.
  6. Chang VC, Cotterchio M, Khoo E. Iron intake, body iron status, and risk of breast cancer: a systematic review and meta-analysis. BMC Cancer. 2019;19(1):543.
  7. Dartois L, Fagherazzi G, Baglietto L, et al. Proportion of premenopausal and postmenopausal breast cancers attributable to known risk factors: estimates from the E3N-EPIC cohort. Int J Cancer. 2016;138(10):2415–27.
  8. Tamimi RM, Spiegelman D, Smith-Warner SA, et al. Population attributable risk of modifiable and nonmodifiable breast cancer risk factors in postmenopausal breast cancer. Am J Epidemiol. 2016;184(12):884–93.
  9. Cancer Care Ontario. Cancer Risk Factors in Ontario: Evidence Summary. Toronto: Cancer Care Ontario; 2013.
  10. World Cancer Research Fund/American Institute for Cancer Research. Continuous Update Project Expert Report 2018. Diet, Nutrition, Physical Activity and Breast Cancer; 2018.