You are using an outdated browser. We suggest you update your browser for a better experience. Click here for update.
Close this notification.
Skip to main content Skip to search

COVID-19: Obtenez les dernières mises à jour ou faites une autoévaluation.

Navigation

Stratégie pour la lutte contre le cancer chez les Premières Nations, les Inuits, les Métis et les Autochtones en milieu urbain 2019–2023

Depuis 2004, les stratégies provinciales pluriannuelles pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones ont permis d’apporter des améliorations aux soins de cancérologie offerts aux peuples autochtones en Ontario. La Stratégie pour la lutte contre le cancer chez les Premières Nations, les Inuits, les Métis et les Autochtones en milieu urbain 2019-2023 poursuit le travail décrit dans les trois premières stratégies.

La présente stratégie fournit une feuille de route décrivant la manière dont Santé Ontario (Action Cancer Ontario), les Autochtones et leurs communautés ainsi que les partenaires du système de santé travailleront ensemble pour :

  • améliorer l’efficacité du réseau de cancérologie pour les peuples autochtones en Ontario de manière à honorer les concepts autochtones de bien-être;
  • améliorer le bien-être des peuples autochtones en Ontario et réduire le fardeau du cancer dans ces communautés;
  • valoriser les environnements favorables et sains qui s’appuient sur les forces des personnes, des familles, des communautés et des organismes autochtones.
  • Alethea Kewayosh

    « Pour réaliser de véritables progrès afin de répondre aux besoins de soins de santé des Autochtones, les peuples autochtones en Ontario doivent participer à l’élaboration du travail qui cible leurs problèmes singuliers et honore les concepts autochtones du bien-être. Santé Ontario (Action Cancer Ontario) s’engage à collaborer avec les responsables, les communautés, les patients, les familles, les fournisseurs de soins de santé et les administrateurs autochtones afin d’adapter les solutions aux problèmes autochtones. »

    Alethea Kewayosh,
    Directrice, Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones (Action Cancer Ontario)

     

  • Dre. Linda Rabeneck

    « Notre collaboration au cours des trois premières stratégies pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones nous a permis de comprendre à quel point il est important de demander des conseils et des orientations et d’obtenir des approbations en intervenant directement auprès des responsables et des communautés autochtones. Il sera essentiel de suivre cette approche dans le travail que nous effectuons pour établir des relations et lutter contre le cancer et d’autres problèmes de santé existants et émergents chez les peuples autochtones. »

    Dre. Linda Rabeneck,
    Vice-présidente, Prévention et lutte contre le cancer, Santé Ontario (Action Cancer Ontario)

Téléchargez le rapport sommaire

VOIX DE LA COMMUNAUTÉ

Glen Hare

Glen Hare

Chef du Grand Conseil de la nation Anishinabek

Lire la suite
null

« Nous devons garder à l’esprit que notre peuple est davantage touché par différents types de cancer que les autres personnes en Ontario. Notre peuple continue de décéder prématurément de certains cancers qui pourraient être évités et traités. Ce qu’il faut, c’est prévenir et dépister afin de détecter le cancer à un stade précoce, au lieu d’essayer de réagir lorsqu’il est trop tard. Nous devons informer notre peuple comme il se doit afin qu’il prenne en main sa santé et son bien-être. »

Glen Hare, Grand Council Chief, Anishinabek Nation

Alvin Fiddler

Alvin Fiddler

Grand chef de la nation Nishnawbe Aski

Lire la suite
null

« La nation Nishnawbe Aski doit relever de nombreux défis, notamment le manque de diagnostic précoce et d’accès aux services connexes en raison de l’éloignement et d’un système de santé inéquitable. Grâce à notre collaboration avec Action Cancer Ontario, cette stratégie nous permettra de mettre au point une planification efficace en faveur d’un accès opportun et d’un dépistage et d’une éducation plus efficaces dans la prestation des services de cancérologie dans nos communautés. »

Alvin Fiddler, Grand Chief, Nishnawbe Aski Nation

Francis Kavanaugh

Francis Kavanaugh

Ogichidaa (Grand Chef), Grand Conseil du Traité n° 3

Lire la suite
null

« Je suis très satisfait du partenariat solide que nous avons été établi entre le Conseil de la santé du Grand Conseil du Traité n° 3 et Action Cancer Care Ontario. Ce partenariat a permis d’élaborer le rapport sur la lutte du cancer du Grand Conseil du Traité n° 3, grâce aux directives importantes données par notre équipe consultative de surveillance du cancer du Grand Conseil du Traité n° 3 qui comprend le Conseil de la santé et plusieurs représentants de nos communautés. Cela nous aidera à planifier correctement les programmes et de soutenir les services. Ensemble, nous continuerons de travailler pour comprendre les répercussions du cancer dans nos communautés et y apporter des améliorations. »

Francis Kavanaugh, Ogichidaa (Grand chef), Grand Conseil du Traité n° 3

Sylvia Maracle

Sylvia Maracle

Executive Director, Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres

Lire la suite
null

« La relation entre Action Cancer Ontario et Ontario Friendship Centres fait figure d’exemple de la manière dont les organismes autochtones en milieu urbain doivent intervenir dans le système de soins de santé. Lorsque nous respectons et soutenons chacun le rôle central que nous jouons dans la santé et le bien-être autochtones, nous pouvons réaliser des progrès encore plus importants afin de réduire collectivement le fardeau du cancer qui pèse que les peuples autochtones. »

Sylvia Maracle, Executive Director, Ontario Federation of Indigenous Friendship Centres

Jason LeBlanc

Jason LeBlanc

Directeur, Tungasuvvingat Inuit

Lire la suite
null

« Tungasuvvingat Inuit est ravi de poursuivre son partenariat avec Action Cancer Ontario et veille à ce que les voix et les besoins particuliers des Inuits et de leurs familles soient représentés dans l’ensemble du réseau de soins de cancérologie de l’Ontario. Alors que nous nous appuyons sur les succès que nous avons remportés par le passé, nous prévoyons un avenir où les Inuits prennent par tà leur propre parcours de santé et sont en mesure de soutenir et d’influencer le système de santé afin qu’il soit inclusif et équitable pour notre population »

Jason LeBlanc, Executive Director, Tungasuvvingat Inuit

Margaret Froh

Margaret Froh

Présidente, Métis Nation of Ontario

Lire la suite
null

« La Métis Nation of Ontario est fière de sa collaboration durable avec Action Cancer Ontario afin que les citoyens et les familles métis en Ontario prennent de plus en plus leur vie en main et mènent une qualité de vie plus saine. La relation que nous avons forgée ensemble continue de reposer sur de solides objectifs de recherche, d’éducation et de programmes (crées par et pour les Métis),ce qui permettra en fin de compte à nos communautés de mieux comprendre et traiter les complexités du cancer dans leur vie. Nous sommes impatients de lancer des initiatives nouvelles et innovantes dans le cadre de cette stratégie qui permettront une meilleure sensibilisation, une meilleure prévention et un meilleur soutien relativement au cancer grâce à une optique holistique unique à l’expérience métisse. »

Margaret Froh, President, Métis Nation of Ontario

PRIORITÉS STRATÉGIQUES, OBJECTIFS ET MESURES

Établir des relations productives

null

Établir des relations productives

ÉTABLIR ET PROMOUVOIR DES RELATIONS AVEC DES PARTENAIRES AUTOCHTONES BASÉES SUR LA CONFIANCE ET LE RESPECT MUTUEL

Des relations productives et respectueuses constituent le socle de l’ensemble de notre travail. Pour atteindre nos objectifs communs, nous devons prendre le temps de développer des relations significatives entre l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones, les programmes régionaux de cancérologie et les partenaires autochtones.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Établir, développer, renforcer et entretenir les relations
  • Continuer à travailler avec les responsables, les structures de gouvernance, les réseaux de santé, les communautés et les autres partenaires du système de santé autochtones afin de mettre en œuvre la Stratégie pour la lutte contre le cancer chez les Premières Nations, les Inuits, les Métis et les Autochtones en milieu urbain 2019-2023
  • Établir de nouvelles relations et de nouveaux partenariats avec les groupes autochtones
  • Continuer à évaluer et à peaufiner les moyens d’établir des relations entre le système de santé et les peuples autochtones, et à mesurer la productivité de ces relations
  • S’assurer que les nouveaux partenariats du système de santé comprennent bien l’approche à quatre piliers visant à établir des relations avec les peuples autochtones et à répondre à leurs besoins de santé
Soutenir les priorités en matière de santé autochtone durant toute la période de transition du système de santé
  • Soutenir l’élaboration des priorités existantes ou nouvelles en matière de santé communautaire, conformément aux directives des communautés (y compris les partenaires autochtones en milieu urbain)
  • Soutenir et engager les partenaires autochtones au fur et à mesure du transfert du mandat d’Action Santé Ontario vers Santé Ontario
  • Aider les partenaires du système de santé à répondre à l’évolution des priorités et des directives en matière de santé autochtone
Promouvoir le respect et la compréhension des pratiques traditionnelles et des connaissances autochtones
  • Déterminer comment le système de santé de l’Ontario peut soutenir les pratiques traditionnelles et les connaissances autochtones dans le cadre des soins de santé
  • Aider les Autochtones et les partenaires du système de santé à établir et à évaluer les protocoles et les processus culturellement pertinents qui respectent les pratiques traditionnelles et les connaissances autochtones dans les milieux de soins de santé

« La nation Anishinabek entretient une relation de longue date et mutuellement bénéfique avec Action Cancer Ontario, qui se traduit dans notre Protocole de relations. Grâce à cette solide relation de travail, nous avons accompli beaucoup de choses en un temps relativement court. Malgré les nombreux progrès réalisés, tous deux admettent que le chemin est encore long. »

Tony Jocko,
Analyste des politiques fédérales en matière de santé, nation Anishinabek

Mesures, surveillance et évaluation

null

Mesures, surveillance et évaluation

RASSEMBLER ET ÉLABORER DES RENSEIGNEMENTS VISANT À AMÉLIORER LA QUALITÉ DE L’EXPÉRIENCE DU CANCER POUR LES PATIENTS, LES MEMBRES DE LA FAMILE ET LES FOURNISSEURS DE SOINS DE SANTÉ

Nous nous appuierons sur les travaux de recherche et de surveillance menés dans le cadre de la troisième stratégie. Cette période a permis de mettre au point des produits de référence et de base. Même si le travail de la troisième stratégie est considérable, cela incite à faire plus. Nous sommes en mesure de continuer à répondre aux questions de recherche qui sont importantes pour nos partenaires communautaires.

Alors que l’essentiel du travail que nous avons réalisé à ce jour s’est consacré aux Premières Nations de la province en raison de la disponibilité des bases de données, nous comptons poursuivre ce travail et l’élargir pour mieux comprendre les expériences des groupes inuits, métis et autochtones en milieu urbain. L’élargissement de notre approche et de nos partenaires nous permettra de mieux comprendre le fonctionnement des réseaux de cancérologie et des systèmes de santé ainsi que les possibilités d’amélioration.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Déterminer, consulter et analyser les données de santé
  • Déterminer les données afin de mesurer, surveiller et évaluer les déterminants de la santé et du bien-être
  • Utiliser les données afin de mesurer, surveiller et évaluer le rendement du système de santé de l’Ontario pour les peuples autochtones
  • Estimer les répercussions du cancer et des maladies chroniques sur la santé et le bien-être des peuples autochtones
Traiter les priorités de santé pertinentes à l’aide des données
  • Intégrer des méthodes quantitatives et qualitatives pour mettre au point des produits de santé et des données pertinentes aux expériences et aux priorités des peuples autochtones en matière de cancer et de maladies chroniques
Aider les communautés à utiliser les données sur la santé pour élaborer des politiques et des programmes et comprendre les implications connexes
  • Combler les écarts dans le système de santé en utilisant et en transmettant des activités d’échange de connaissances auprès des partenaires
  • Améliorer et soutenir l’élaboration des activités de mesure, de suivi et d’évaluation des capacités dans les communautés
Étudier des possibilités de partenariats avec des organismes ayant des objectifs communs en matière de données de santé
  • Établir et officialiser des partenariats en Ontario et au Canada afin d’améliorer la santé et le bien-être des peuples autochtones

« La Première Nation Aamjiwnaang travaille avec l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones depuis plus de dix ans. L’Unité a été très utile pour guider et soutenir notre projet grâce à son expertise. Les membres de l’Unité respectent les connaissances et l’expérience de notre communauté et les enrichissent par les leurs. Cela a été enrichissant de travailler avec eux sur des projets qui ont vraiment du sens pour notre communauté »

Sara Plain,
Directrice de la santé, Première Nation Aamjiwnaang

Prévention

null

Prévention

RÉDUIRE LES TAUX DE CANCER ET D’AUTRES MALADIES CHRONIQUES CHEZ LES PEUPLES AUTOCHTONES

Les peuples autochtones présentent des taux plus élevés de facteurs de risque pour le cancer et les autres maladies chroniques, y compris :

  • Consommation de tabac commercial
  • Consommation d’alcool
  • Mauvaise alimentation (et insécurité alimentaire)
  • Inactivité physique

Les taux élevés de ces facteurs de risque sont liés aux déterminants sociaux de la santé, et aux répercussions historiques et constantes du colonialisme. .

Pour réduire l’effet des maladies chroniques chez les peuples autochtones, nos systèmes de santé doivent s’appuyer sur les points forts des connaissances et des approches autochtones traditionnelles en matière de santé et de mieux-être.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Réduire et prévenir le cancer et les autres maladies chroniques
  • Offrir une formation aux fournisseurs de soins de santé en mettant l’accent sur la prévention des maladies chroniques afin de renforcer les capacités à l’échelle communautaire
  • Offrir aux peuples autochtones des séances de formation et des ateliers personnalisés adaptés à la culture sur la prévention des maladies chroniques
  • Grâce à la table ronde du Partenariat des voies de prévention, continuer à mettre en œuvre les 22 recommandations du rapport Voies de prévention pour traiter les facteurs de risque comportementaux relatifs au cancer et aux autres maladies chroniques
Établir et utiliser des données probantes pour réduire le fardeau du cancer et des autres maladies chroniques
  • Utiliser les données, politiques et partenariats sur la prévention des maladies chroniques et les facteurs de risque comportementaux pour informer et élaborer de nouvelles approches adaptées à la culture pour la prévention des maladies chroniques
  • Continuer à collaborer avec des partenaires autochtones et non autochtones et à leur transmettre des connaissances sur la prévention du cancer et des autres maladies chroniques
Appuyer les politiques de prévention et élaborer des programmes visant à traiter les questions et les tendances émergentes
  • Veiller à ce que les membres de la communauté autochtone et les fournisseurs de soins de santé disposent des connaissances et des outils nécessaires pour traiter les nouvelles tendances (p. ex. vapotage et cannabis)

« La collaboration entre la Société canadienne du cancer et l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones a conduit à un partenariat qui permet de renforcer les initiatives de prévention des maladies chroniques grâce à l’échange des connaissances, de l’expérience et des perspectives uniques que chaque organisme a à offrir. »

John Atkinson,
Directeur, Lutte contre le tabac et prévention du cancer, Société canadienne du cancer

Dépistage

null

Dépistage

ACCROÎTRE LA PARTICIPATION AU DÉPISTAGE DU CANCER DES PEUPLES AUTOCHTONES DANS L’ENSEMBLE DE LA PROVINCE

Le dépistage du cancer permet de détecter le cancer à un stade précoce lorsque son traitement est facile. Le dépistage peut également prévenir certains cancers en décelant des changements cellulaires avant qu’ils ne se transforment en cancer. Les peuples autochtones sont moins enclins de passer des tests de dépistage que la population générale. Grâce à l’engagement communautaire et à la recherche, nous avons commencé à mieux comprendre et à réduire les obstacles complexes au dépistage du cancer des peuples autochtones en Ontario.

Nous travaillerons ensemble en vue d’accroître la participation au dépistage du cancer des peuples autochtones en améliorant la sensibilisation, la sécurité culturelle et l’accessibilité de ces services en Ontario. Toute personne autochtone admissible à un dépistage du cancer devraient être soutenue pour prendre une décision éclairée sur sa participation au dépistage du cancer.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Améliorer l’accès et la participation au dépistage
  • Examiner et mettre en pratique les recommandations fondées sur les données probantes afin d’améliorer la participation au dépistage
  • Éliminer les obstacles pour que les peuples autochtones accèdent au dépistage dans leurs communautés, ou à proximité de celles-ci
  • Aborder les défis des peuples autochtones qui doivent parcourir des kilomètres pour se faire dépister
  • Collaborer avec les partenaires communautaires pour améliorer l’accès au dépistage
Améliorer la coordination et l’intégration des services de dépistage
  • Continuer à explorer et à soutenir les outils des fournisseurs destinés à améliorer la coordination du dépistage et le suivi des résultats, en réduisant les obstacles à la détection et au traitement précoces du cancer
Soutenir les initiatives particulières pour améliorer les programmes de dépistage structurés
  • Améliorer la participation au dépistage du cancer du côlon des hommes autochtones
  • Soutenir la sensibilisation et le recrutement de peuples autochtones afin d’améliorer la participation au dépistage du cancer du poumon des personnes présentant un risque élevé
  • Mettre au point des supports de communication sur le dépistage ciblant les Autochtones
  • Continuer à donner des renseignements sur les programmes de dépistage structurés pour les cancers du sein, du côlon et du col de l’utérus pour s’assurer qu’ils prennent en compte les peuples autochtones et répondre à leurs besoins uniques

« Disposer d’une unité dédiée aux priorités de la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones est une façon proactive de collaborer et de s’orienter vers un système de santé intégré qui répond de manière détaillée aux besoins de soins de santé des peuples autochtones et offre des outils nécessaires pour soutenir le dépistage du cancer. »

Janet Gordon,
Chef des opérations, Régie de la santé Sioux Lookout First Nations

Soins palliatifs et de fin de vie

null

Soins palliatifs et de fin de vie

AIDER À S’OCCUPER DES BESOINS EN MATIÈRE DE SOINS PALLIATIFS ET DE SOINS DE FIN DE VIE DES AUTOCHTONES ATTEINTS D’UN CANCER

Les soins palliatifs consistent à aider les patients et leur famille à gérer les défis affectifs, spirituels, fonctionnels, pratiques, nutritionnels et de réadaptation associés au cancer.

Les services de soins palliatifs et de fin de vie varient considérablement pour les peuples autochtones en Ontario en fonction du lieu de leur résidence.

Pour répondre aux besoins uniques des peuples autochtones, nous devons continuer à éduquer les fournisseurs de soins de santé sur les soins adaptés à la culture et à accroître la disponibilité des soutiens et l’accès aux pratiques traditionnelles.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Soutenir les soins palliatifs et de fin de vie adaptés à la culture et opportuns
  • Continuer à travailler avec le Réseau ontarien des soins palliatifs et les responsables régionaux des soins palliatifs afin de s’assurer que les peuples autochtones ont leur mot à dire dans la prestation des services des soins palliatifs et de fin de vie
  • Combler les lacunes dans la planification du congé et les transitions de soins
  • Continuer à collaborer et à soutenir les réseaux et les groupes autochtones et non autochtones des soins palliatifs et de fin de vie
Renforcer la capacité du système à offrir des soins palliatifs et de fin de vie de grande qualité
  • Continuer à soutenir la gestion de la douleur et des symptômes grâce à l’Échelle d’évaluation des symptômes d’Edmonton (ESAS) utilisée par les fournisseurs de soins de santé à l’échelle communautaire
  • Continuer à chercher des outils et des méthodes adaptés à la culture pour collecter les mesures des résultats rapportés par les patients et les mesures de l’expérience rapportée par les patients
  • Continuer à travailler avec les peuples autochtones et les partenaires du système de santé pour améliorer la coordination et l’intégration des soins palliatifs et de fin de vie
Soutenir les stratégies visant à améliorer et à renforcer l’expérience des patients et des familles
  • Continuer à soutenir les activités des intervenants pivots pour les Autochtones
  • Continuer d’étudier des approches novatrices pour répondre aux besoins de soins palliatifs et de fin de vie des peuples autochtones
  • Soutenir la conception d’outils, de ressources, de réseautage et de formation pour fournir aux aidants un soutien supplémentaire

« Un intervenant pivot pour les Autochtones a joué un rôle important dans les soins de ma mère. Les pratiques traditionnelles telles que le chant, le tambourinage, la prière et la purification nous ont apporté à ma mère et à moi-même un réconfort et un pouvoir de guérison. »

Tiffany W,
qui appartient à la bande des Premières Nations Champagne et Aishihik s’est occupée de sa mère, Meta B. lorsqu’elle était traitée pour un cancer du poumon de stade 4 à Vancouver.

Éducation

null

Éducation

ACCROÎTRE LES CONNAISSANCES ET LA SENSIBILISATION DES PEUPLES AUTOCHTONES SUR LE CANCER ET LES AUTRES MALADIES CHRONIQUES, ET DES FOURNISSEURS DE SOINS DE SANTÉ SUR LA SÉCURITÉ CULTURELLE

À ce jour, l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones s’est concentrée sur l’élaboration de supports adaptés à la culture pour les peuples autochtones afin de les aider à en apprendre davantage sur le cancer et d’autres maladies chroniques. Nous avons publié de nombreuses ressources culturellement adaptées pour encourager les peuples autochtones à accepter les programmes d’éducation, de dépistage, de prévention et de traitement du cancer et à y participer. Nous continuerons à élaborer et à échanger des renseignements afin d’améliorer la compréhension du cancer des peuples autochtones, et à les aider à s’orienter dans le système de soins de santé.

Tout en poursuivant ce travail, nous comptons également améliorer la compréhension des fournisseurs de soins de santé au sujet des facteurs historiques et culturels qui contribuent aux expériences autochtones du cancer, des autres maladies chroniques et du système de soins de santé.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Combler les écarts en matière d’éducation et de programmes
  • Mesurer l’utilité des ressources à combler les écarts dans l’éducation et les programmes grâce au cadre éducatif de l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones
  • Accroître la participation des jeunes autochtones aux initiatives éducatives sur le cancer
Soutenir et accroître les formations et les programmes adaptés à la culture
  • Soutenir, améliorer et évaluer les cours intitulés Indigenous Relationship and Cultural Safety Courses (en anglais seulement)
  • Travailler avec des partenaires pour recueillir des renseignements sur les activités liées à la sécurité culturelle dans le système de santé
Soutenir l’éducation et la formation des prestataires et des peuples autochtones
  • Éclairer et adapter les ressources, la formation et les outils pour les prestataires travaillant avec les peuples autochtones
  • Continuer à élaborer et à diffuser des ressources éducatives adaptées à la culture sur les maladies chroniques, la prévention, le dépistage et l’éducation des soins palliatifs et de fin de vie pour les peuples autochtones
Collaborer avec les partenaires pour participer au transfert et à l’échange des connaissances
  • Rassembler et transmettre des renseignements pour répondre aux besoins et aux priorités émergents d’éducation en matière de santé pour les peuples autochtones
  • Continuer à soutenir l’échange et la diffusion des connaissances auprès des partenaires autochtones

« Par le passé, les écoles de médecine et d’infirmiers n’ont pas dispensé d’enseignement adéquat sur l’histoire, la culture et la santé des peuples autochtones. Par conséquent, ce manque de connaissances s’est fait ressentir dans leurs pratiques. Grâce à la mise en œuvre des cours Indigenous Relationship and Cultural Safety, nous constatons l’évolution des programmes éducatifs et une prise de conscience qu’il faut en faire plus pour combler ces lacunes dans l’apprentissage. »

Dr. Bernice Downey,
Professeur adjointe, école des soins infirmiers, Département de Psychiatrie et de neurosciences comportementales, Université McMaster

Accès équitable

null

Accès équitables

RÉDUIRE LES OBSTACLES DANS LE SYSTÈME DE SANTÉ ET LA PRESTATION DES SERVICES

Les peuples autochtones doivent relever des défis importants afin d’accéder au système de santé et s’y orienter. Ces défis comprennent des services de santé de base insuffisants, des soins limités et inadaptés à la culture et des obstacles géographiques. De nombreuses personnes doivent supporter le fardeau financier et chronophage des longs trajets pour recevoir des soins.

Nous travaillerons avec des partenaires autochtones afin de trouver une voie plus simple et plus facile à comprendre pour les personnes qui s’orientent dans le réseau de cancérologie et y entrent et sortent. Ce processus unifié aidera à réduire les obstacles et à améliorer les expériences des peuples autochtones et leur accès à des soins de santé équitables.

OBJECTIFS ET MESURES À PRENDRE D’ICI 2023

Améliorer la navigation et l’accès
  • Élaborer des recommandations fondées sur les données probantes afin de conseiller le ministère de la Santé sur l’amélioration des temps d’attente et de l’accès aux services des peuples autochtones
  • Améliorer les outils et le soutien afin d’assurer la réussite des transitions dans le réseau de cancérologie (dépistage, diagnostic, traitement, survie ou soins palliatifs)
  • Travailler avec d’autres provinces pour lever les obstacles entre les territoires
  • Trouver du soutien supplémentaire afin d’aider les patients autochtones à s’orienter dans le système de santé
Renforcer la qualité et améliorer l’expérience des services
  • Élaborer un processus visant à améliorer la responsabilité et à prendre des mesures en soutien aux droits des patients autochtones au sein du système de santé
  • Travailler avec les partenaires des Premières Nations et Services aux Autochtones Canada pour veiller à ce que le Programme des services de santé non assurés vienne en appui à l’accès aux soins en temps opportun
  • Promouvoir la prise de décision commune entre les Autochtones et les fournisseurs de soins de santé
Accroître la prestation de soins adaptés à culture
  • Aider les partenaires du système de santé à établir des relations avec des partenaires autochtones afin qu’ils puissent créer des environnements favorables et respectueux de l’environnement qui tiennent compte des besoins singuliers des peuples autochtones

« Le cancer est un ascenseur émotionnel duquel on aimerait bien sortir. Tout le monde a une anecdote à raconter sur un membre de sa famille, un ami ou un être cher (qui a eu un cancer), mais tant que l’on n’en a pas fait soi-même l’expérience, on ne peut pas comprendre ce que l’on ressent. La seule personne à même de comprendre ce que vous vivez est vous-même. »

Jayne Chatterton ,
a reçu un diagnostic de cancer du côlon en 2017 à l’âge de 32 ans. Même si elle est toujours sous traitement, elle reste positive sur son avenir.

CANCER DANS LES COMMUNAUTÉS AUTOCHTONES

Pourquoi l’Ontario doit mettre en place une stratégie pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones.

Il est urgent d’agir pour prévenir le cancer et d’autres maladies chroniques chez les peuples autochtones

  • L’Ontario abrite la plus grande communauté autochtone du Canada : on dénombre environ 236 680 membres des Premières Nations,* 120 585 Métis et 3 360 Inuits.
  • Les taux de cancer, de diabète, de maladies cardiaques et respiratoires augmentent chez les peuples autochtones
  • Les membres des Premières Nations ont plus de nouveaux cas de certains cancers que les autres personnes en Ontario.
  • Les taux de mortalité par cancer sont également nettement plus élevés chez les Premières Nations que les autres personnes en Ontario.
  • L’obésité, qui augmente le risque de développer un cancer et d’autres maladies chroniques, est nettement plus fréquente chez les peuples autochtones plus que la population générale.

Ces faits laissent présager un avenir où les taux de cancer et d’autres maladies chroniques seront considérablement accrus chez les Autochtones.

Pour obtenir de plus amples renseignements sur les facteurs de risques du cancer et le dépistage chez les peuples autochtones, consultez les ressources suivantes (en anglais seulement) :

First Nations People: Cancer Risk Factors and Screening Infographic

Inuit Cancer Risk Factors and Screening Infographic

Metis People: Cancer Risk Factors and Screening Infographic

Au-delà du cancer

Les taux de certaines autres maladies chroniques et de certains problèmes de santé mentale sont également considérablement plus élevés chez les peuples autochtones que dans la population ontarienne en général. Le taux de mortalité chez les Autochtones atteints d’une maladie chronique est également nettement supérieur.

Au Canada, en moyenne, les hommes autochtones vivent quatre ans de moins que les autres hommes. Les femmes autochtones vivent en moyenne six ans de moins que les autres femmes.

Ces inégalités peuvent en partie s’expliquer par les déterminants de la santé qui touchent de manière disproportionnée les peuples autochtones :

  • Obstacles géographiques, financiers, culturels et linguistiques à l’accès aux soins
  • Les taux supérieurs des facteurs de risque tels que :
    • La consommation de tabac commercial
    • La consommation d’alcool
    • L’alimentation (et l’insécurité alimentaire)
    • L’inactivité physique

Par ailleurs, les politiques historiques de colonisation du Canada y compris les pensionnats, la perte de culture, la marginalisation et la discrimination ont également façonné la santé des peuples autochtones.

La Stratégie pour la lutte contre le cancer chez les Premières Nations, les Inuits, les Métis et les Autochtones en milieu urbain 2019 – 2023 fournit une feuille de route décrivant la manière dont Santé Ontario (Action Cancer Ontario), les Autochtones et leurs communautés ainsi que les partenaires du système de santé travailleront ensemble pour améliorer l’égalité en matière de santé et réduire le fardeau unique du cancer et des autres maladies chroniques chez les peuples autochtones.

Cette stratégie propose des mesures visant à combler les lacunes en matière de soins de cancérologie en adoptant une approche holistique. Elle prend en considération les circonstances et les besoins uniques des peuples autochtones vivant en Ontario, y compris leurs contextes sociopolitiques, historiques et géographiques distincts.

POUR OBTENIR DE PLUS AMPLES RENSEIGNEMENTS, VEUILLEZ CONSULTER LES RESSOURCES SUIVANTES :

PROGRÈS RÉALISÉS À CE JOUR

Depuis 2004, les stratégies pluriannuelles pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones ont permis d’apporter des améliorations dans les soins de cancérologie en Ontario.

Cette quatrième stratégie repose sur les progrès réalisés dans le cadre des précédentes stratégies.

La troisième Aboriginal Cancer Strategy, 2015 – 2019, décrivait 41 mesures à prendre dans le cadre de six priorités stratégiques. Nous en avons réalisé quarante. Voici certains aspects de ce travail :

  • Établissement de relations productives : la signature des 10 protocoles a renforcé les relations entre entre Action Cancer Ontario et les partenaires autochtones
  • Mesures, surveillance et évaluation : Les rapports sur les facteurs de risque et le fardeau du cancer propres aux provinces, aux régions et aux communautés présentent une image plus précise du cancer et des facteurs de risque de cancer chez les peuples autochtones.
  • Prévention : Rapport Voies de prévention – Recommandations pour réduire les maladies chroniques chez les Premières nations, Inuits et Métis formule des recommandations politiques fondées sur des données probantes sur quatre facteurs de risque clés de maladies chroniques chez les Premières nations, les Inuits et les Métis.
  • Dépistage : L’élaboration des rapports sur les activités de dépistage communautaires aide les fournisseurs de soins de santé dans les communautés éloignées à améliorer les taux de dépistage du cancer et à assurer un suivi approprié.
  • Soins palliatifs et de fin de vie : Les compétences culturelles intégrées à des programmes éducatifs pour les fournisseurs de services contribue à garantir que les patients autochtones reçoivent des soins palliatifs adaptés à la culture.
  • Éducation : Les professionnels de la santé sont formés sur les sujets suivants : la sécurité culturelle, l’histoire, les droits, les structures et les questions de gouvernance autochtone et l’antiracisme dans 13 cours intitulés Indigenous Relationship and Cultural Safety (en anglais seulement).

À PROPOS DE NOUS

Santé Ontario est un nouvel organisme gouvernemental qui, une fois mis en place, sera chargé de s’assurer que les Ontariens continuent de recevoir des services de santé de grande qualité au moment et à l’endroit où ils en ont besoin.

Depuis le 2 décembre 2019, Action Cancer Ontario fait partie de Santé Ontario. Les programmes et les services d’Action Cancer Ontario, notamment le travail de l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones et des programmes régionaux de cancérologie, restent identiques.

L’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones de Santé Ontario (Action Cancer Ontario) collabore avec des partenaires et des organismes régionaux, provinciaux et nationaux autochtones et non autochtones afin d’élaborer et de mettre en œuvre des stratégies pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones. Grâce à leur collaboration, l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones et les partenaires autochtones s’assurèrent que les programmes et stratégies proposés sont pertinents et ont le potentiel d’être très efficaces à l’échelle individuelle, familiale et communautaire.

Le Comité conjoint Action Cancer Ontario et Peuples autochtones oriente et conseille Santé Ontario (Action Cancer Ontario) sur les questions et les besoins relatifs aux soins de cancérologie des peuples autochtones, notamment sur l’élaboration et la mise en œuvre des stratégies pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones. Le comité est composé de représentants d’organismes autochtones et d’autres partenaires.

Les 14 programmes régionaux de cancérologie de l’Ontario et l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones travaillent étroitement pour comprendre les besoins uniques des peuples autochtones dans chaque région ontarienne et y répondre. Les programmes régionaux de cancérologie :

  • offrent des services et des soins de prévention du cancer
  • veillent au respect des normes
  • écoutent et répondent aux préoccupations et problèmes locaux

À PROPOS DE CE PLAN

Pour créer ce plan, l’Unité des soins de cancérologie chez les peuples autochtones a commencé par analyser les progrès réalisés dans le cadre de la troisième Stratégie pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones 2015 - 2019.

Le Comité conjoint Action Cancer Ontario et Peuples autochtones, les patients autochtones et leur famille, les membres du personnel d’Action Cancer Ontario ainsi qu’un réseau de partenaires, y compris les programmes régionaux de cancérologie, ont apporté des éclaircissements par leurs réflexions et leurs connaissances spécialisées.

L’examen et les engagements ont confirmé la direction définie par les stratégies pour la lutte contre le cancer chez les peuples autochtones. Cette stratégie se poursuit dans la même direction et s’appuie sur les progrès accomplis à ce jour. Elle définit les travaux qui doivent progresser, les nouvelles possibilités d’amélioration et les nouveaux domaines dans l’environnement de la santé qui nécessiteront une attention particulière dans les années à venir.

Remerciements

De nombreuses personnes et organismes ont contribué à l’élaboration de cette stratégie. Nous les remercions pour leur sagesse et leur intérêt à faire progresser la santé des peuples autochtones en Ontario.